Corradi
Approfondissements

« Tiny house » : la nouvelle tendance de l'habitat durable (et alternatif)

« Tiny house » : la nouvelle tendance de l'habitat durable (et alternatif)

« Less is more » : le célèbre dicton de l'architecte allemand Ludwig Mies van der Rohe pourrait facilement être le mantra d'une des nouvelles tendances de l'habitat contemporain (et durable) qui est toujours plus à la mode ces dernières années, notamment sur les réseaux sociaux. Nous parlons de tiny house, c'est-à-dire de maisons dont la surface est extrêmement réduite, généralement construites avec des matériaux et des techniques écologiques

Mobiles ou fixes, unifamiliales ou copropriétés, vintage ou ultramodernes, sur les arbres ou flottantes, ces petites maisons, définitivement cozy, peuvent être immergées dans la nature et perdues au milieu de bois enchanteurs rappelant ceux des contes de fées, s’inspirant du style scandinave, sous le signe de l’hygge, ou de la fluidité du style japonais. Nées aux États-Unis, elles trouvent maintenant leur place en Europe. Aujourd'hui, l'hashtag #tinyhouse sur Instagram compte plus de 1 371 122 posts, et de nombreux blogs offrent des conseils sur la manière d'en réaliser une, et relatent les histoires et les expériences de vie de personnes ayant décidé de vivre dans moins de 30 mètres carrés. 

Mais est-il vraiment possible de vivre éternellement dans un environnement aussi confiné ? Découvrons ensemble ce que sont les tiny house, leurs avantages et leurs inconvénients.

Que sont les tiny house ? La qualité prime sur la quantité

Qui a dit qu’il fallait vivre nécessairement dans une maison grande et spacieuse ? Si le boom économique, au tournant des années 80 et 90 du siècle dernier, avait conduit à penser que « plus c'est mieux » – notamment en termes d'espace – ces dernières années, nous avons assisté à un revirement important. En raison de la crise économique et de la nouvelle prise de conscience environnementale toujours plus partagée, construire une maison et l'entretenir n'est plus aussi simple aujourd'hui et beaucoup de gens misent davantage sur la qualité que sur la quantité. Réduire drastiquement les espaces, donc, et les réorganiser de manière impeccable – « en condensant » l'indispensable sur quelques mètres carrés – permettrait de maîtriser les déchets et les dépenses énergétiques, sous le signe d'une plus grande liberté et indépendance et d'un lien retrouvé avec la nature. Les tiny house, de 8 à 40 mètres carrés maximum, faciles à construire, fonctionnelles et autonomes du point de vue énergétique, représentent donc le choix idéal pour de nombreuses personnes qui veulent vivre dans une maison low cost et eco-friendly.

Le phénomène des tiny house, des États-Unis à l'Europe

Comme nous l'avons dit, les premiers exemplaires de tiny house sont apparus aux États-Unis, notamment après les ravages causés par l'ouragan Katrina – l'un des cinq ouragans les plus violents de l'histoire – qui, en août 2005, a frappé les Bahamas, le sud de la Floride, la Louisiane, le Mississippi, l'Alabama et même certaines régions de la partie orientale de l'Amérique du Nord. Marianne Cusato, suite à cet événement, a créé les Katrina Cottages pour répondre aux besoins urgents de logement : ce sont de petites maisons préfabriquées de 28 mètres carrés sûres et simples à construire, sans renoncer cependant au confort. Julie Martin, quant à elle, après avoir perdu sa maison dans la catastrophe, a conçu The Fresh Start House, une véritable maison mobile, entièrement en bois, pouvant être déplacée sur une remorque standard, conformément au concept des tiny house modernes. 

Plus tard, le phénomène a évolué passant d'une « crise du logement » à un véritable mouvement architectural et social, le Small House Movement, qui promeut un mode de vie plus éthique, plus libre et plus durable. Le mot d'ordre ? Optimiser ! Comme la Tiny Tack House, conçue et construite par les Américains Christopher et Malissa Tack, qui ne mesure que 13 mètres carrés et a été construite en utilisant comme base une remorque pour caravanes. 

Mais après l'Amérique, passons à l’Europe : en Suède, par exemple, il existe l’écocompatible Smart Student Unit, conçue par le studio d'architectes Tengbom en collaboration avec l'université de Lund, d’à peine 10 mètres carrés, et réalisée entièrement en bois. En Italie, par contre, le plus célèbre des architectes, Renzo Piano, a proposé sa propre version de la minimaison. Elle s'appelle Diogène – en l'honneur du philosophe grec qui a abandonné la superficialité de la vie matérielle et décidé de vivre dans un tonneau – une maison de taille réduite, située sur le campus de Vitra, parfaitement autonome. La particularité ? Elle ne fait que 6 mètres carrés.

« Small is beautiful » : les avantages du small place living

De plus en plus de personnes choisissent de vivre dans des espaces de moins de 40 mètres carrés, mais quels sont les avantages ? Voyons-les ensemble. 

  • Réduction des coûts : une maison plus petite a nécessairement un coût plus bas, à l’achat bien sûr, mais aussi si on considère l’ensemble des frais de gestion. Les tiny house sont considérées comme les maisons les moins chères au monde : il semble qu'il soit possible de construire sa propre maison avec moins de 30 000 euros, en fonction évidemment de la qualité des matériaux choisis et de la technologie utilisée.
  • Rapidité de construction : dans la plupart des cas, il n'y a pas de fondations ni de connexions aux services, et il s'agit de constructions préfabriquées, des caractéristiques qui permettent d’écourter les temps de réalisation et d'installation.
  • Extrême polyvalence : l'espace de vie étant réduit à quelques mètres, tout doit être fonctionnel, avec des meubles modulaires, interchangeables et escamotables.
  • Durabilité et réduction de l'impact environnemental : ce type d'espace habitable est souvent autosuffisant, grâce aux modules de production d'énergie et aux systèmes d’optimisation du rendement énergétique. En outre, une surface réduite signifie également un impact moindre sur l'environnement, avec une réduction des déchets significative, puisque les achats seront limités au strict nécessaire.
  • Redécouverte de la nature : grâce à leurs dimensions minuscules, de nombreuses tiny house sont situées dans des milieux naturels exceptionnels. De plus, la réduction des espaces intérieurs incite les gens à passer plus de temps à l'air libre, pour se reconnecter avec la nature environnante. Si elles sont montées sur roues, la vue peut changer tous les jours.

Le revers de la médaille : les inconvénients des espaces restreints

Mais tout le monde n'est pas convaincu de la pertinence du choix de la minimaison. Si les avantages sont indéniables, ils ne doivent cependant pas masquer certains problèmes, notamment en ce qui concerne les espaces « en miniature ». 

  • Inadaptée aux longs séjours : la micromaison n'est pas adaptée à un usage prolongé, elle est en revanche idéale comme maison de vacances (en fait, il semblerait que ceux qui en possèdent l'utilisent comme une « seconde » résidence) ou pour une escapade romantique le temps d'un week-end.
  • Difficultés avec les enfants : le manque d'espace et la réduction des possibilités de mouvement pourraient, selon certains, entraîner de graves complications sanitaires et sociales (comme la dépression), car les êtres humains ne vivent pas bien dans des environnements surpeuplés et sous-dimensionnés par rapport à leurs besoins.
  • Difficiles à déplacer : choisies par beaucoup précisément en raison de la possibilité de changer de « résidence » à volonté, les minimaisons ne sont cependant pas faciles à déplacer sur des sites où l'on souhaite rester longtemps ou de façon permanente, en raison des réglementations en matière de construction. 

Au-delà des problèmes potentiels, les tiny house – par une drastique réduction des dimensions et une optimisation du confort des espaces – se proposent de plus en plus comme une alternative durable aux modes de vie contemporains auxquels nous sommes plus habitués. Avec leurs formes géométriques et fonctionnelles et leurs meubles intelligemment conçus, elles montrent à tous comment, dans le fond, l'essentiel peut être une voie.

Restons en contact

Enregistrez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveautés de Corradi